27-05-2017, 17:34



Navigation sans Java ni Plugin proposée
Navigation en allemand
Accès privilégié
(Universitaires)
Mot-de-passe:

Francopolis: Les correcteurs orthographiques
Réf.:  895  Version pour imprimante Sauvegarder
Les correcteurs orthographiques
Xavier Bihan
Brièvement: Suite aux fréquentes demandes de collègues professeurs de Français en Allemagne ...
Cours: Sans restriction -:|:- Thème: Langues&Linguistique, Médias&NTIC, -:|:- Catégorie: Analyse

Les correcteurs orthographiques

Les correcteurs orthographiques.


Suite aux fréquentes demandes de collègues professeurs de Français en Allemagne qui souhaitaient offrir à leur traitement de texte une version française de leur correcteur orthographique, je me suis mis en quête de l'outil idéal correspondant au mieux à ces utilisateurs exigeants. Il faut dire que le sujet a récemment défrayé la chronique suite à la mise en garde, fin mai 1999, de l'Académie française relative aux logiciels de correction grammaticale. M. Bertrand Poirot-Delpech ayant, avec ses collègues "immortels", passé au crible un logiciel dont il tut le nom, dénonça, haut et fort, l'inefficacité pour ne pas dire, dans certains cas, l'insolence de cet outil informatique d'aide à l'écriture. Pour faire ce test des auteurs reconnus tels que La Bruyère, Montesquieu, Victor Hugo, Paul Valéry et Mauriac se prêtèrent à cette expérience post-mortem en mettant leurs célèbres écrits (Caractères, Portraits politiques, Les travailleurs de la mer, Cahiers, Un adolescent d'autrefois...) sur l'autel de la correction numérique. Les résultats firent, à juste titre, se dresser les cheveux des académiciens qui s'offusquèrent de la confusion de on et ont , des fautes d'accord et des conseils répétés d'abandon du passé simple. Sur ce dernier point, M. Poirot-Delpech s'emporte quelque peu et nous gratifie d'écarts de langage auxquels les hommes en habits verts ne nous avaient point accoutumés: Qu'un crétin anonyme, et apparemment peu francophone, prenne sur lui d'interdire le passé simple à des millions d'ignorants, au nom qui sait? d'une mondialisation du prétérit: le tort est mince... Vous trouverez la version intégrale de sa prise de position indignée dans le Monde du 6 avril 99 disponible à l'adresse suivante: http://users.skynet.be/ameurant/francinfo/correcteur/ poirot.htm . Si la presse fut prompte à s'emparer de l'affaire et à crier haro sur le baudet, les éditeurs de logiciels de correction ne furent pas longs à réagir comme notamment Dominique Laurent, directeur du développement de l'entreprise Synapse produisant Cordial 6 , un des correcteurs les plus complets du marché qui équipe entre autres: l'Agence France Presse, l'Encyclopedia Universalis et une dizaine d'universités. Je pense que l'Académie a jugé au vu de logiciels d'origine américaine. Les nôtres ne font pas ce genre d'erreurs: ils ne confondent pas un pronom et un verbe; ne font pas de fautes d'accord par défaut d'analyse syntaxique et, bien évidemment, n'auraient jamais condamné l'emploi du passé simple! Il reconnaît cependant que ces logiciels, même français, ne sont pas parfaits et n'arrivent pas à surmonter certaines ambiguïtés comme celles par exemple, concernant la ponctuation, le vocabulaire, parfois: un fruit sûr ou sur , des poêles , des poils . Mais notre logiciel sait corriger parfaitement de nombreuses fautes. Ainsi il sait faire la distinction entre aller chez le boucher et aller à la boucherie, il fait la différence entre la et là ...

J'aurais très bien pu répondre aux demandes de mes collègues en leur conseillant de s'adresser aux éditeurs de traitements de textes pour obtenir la version française de leur correcteur intégré, ce qui n'eut pas été une réponse satisfaisante étant donné que ceux-ci sont initialement développés pour la langue anglaise dont les structures grammaticales sont différentes de celles du français. Leurs capacités syntaxiques et sémantiques sont notoirement limitées. Nous allons donc nous consacrer aux correcteurs "non intégrés" dans un traitement de texte. L'avantage des correcteurs "intégrés" étant de permettre les corrections "à la volée" apportant ainsi un gain de temps considérable, il est bon de préciser qu'il existe des logiciels de correction automatique "non intégrés" qui peuvent s'interfacer avec les traitements de texte courants et permettre ainsi de déceler et corriger le mot dès qu'il est saisi. Le grand avantage de ces correcteurs orthographiques "indépendants" est qu'ils ont été élaborés par des spécialistes de la langue française et que leurs capacités syntaxiques et sémantiques sont plus performantes. Les "correcticiels" suivants s'intègrent tous aux traitements de texte courants:

Antidote
(Mac/PC).
Cordial 6 (Mac/PC, environ 1000F).
Correcteur 101 Pro v4 Symbiose (Mac/PC, environ 750F).
Hugo 2000 (Mac/PC, environ 350F).
Prolexis 4.8 (Mac/PC, environ 2300F pour la version XPress ou PageMaker et environ 2025F pour la version Word).

Si les correcteurs orthographiques existent déjà depuis plusieurs décennies et se limitaient jusqu'à il y a encore peu à des vérifications lexicales, ils intègrent aujourd'hui des modules grammaticaux incorporant des règles de repérage linguistiques. Ainsi dans l'exemple suivant: ils fon des fautes ; ne trouvant pas le mot fon le correcteur orthographique proposera une série de mots offrant une proximité alphabétique ou phonétique: fond , faune , phone . Le correcteur grammatical remarquera le pronom personnel sujet ils , en déduira que le verbe se conjugue à la troisième personne du pluriel et apportera la correction font .

Voici un exemple de ce qu'un correcteur orthographique nouvelle génération Pro Lexis 4.8 en l'occurence est capable de faire. Le texte suivant truffé de fautes de types différents a été soumis au logiciel:

Jusqu'a l'anniversaire de mes vingts-deux ans, les mois et les années sont passé sans que je m'en aperçois. Je n'aie pas connu de tristesse profonde, ni de vraie querelles familiales, et je n'ai pas subis les tiraillements pénibles de parents a problèmes. J'ai pas eu faim ni froid ni peur. Je n'ai vécu la solitude que lorsque je l'ai rechercher et j'ai toujours trouvé, quant j'en ai eu besoin, quelqu'un à qui parler. Mon père, aîné de huit enfants, avaient des yeux bleus-clairs, des yeux bleus magnifique. J'aurais bien aimé avoir quelques demis-frères ou s urs, en tous cas, je n'en aurais pas été contrariée, j'en suis certain. Toi aussi, mon enfant, tu m'as reprochée ne pas m'être mariée, de ne pas t'avoir donnés de frère ou s ur, de ne pas faire ce que j'aurais du Ce n'est pas un hasard, cette maman qui t'a mis au monde, élevé depuis dix sept ans n'est pas ta mère Ce pratique est courante. Dans ces années quatre-vingts, ma grand-mère, précisément âgée de quatre-vingt ans, me ne le reprochait pas. A l'époque, on multiplier ces tentatives.

Le résultat final montre le fort potentiel qui caractérise aujourd'hui les aides logicielles à la correction de textes:

Jusqu'à l'anniversaire de mes vingt -deux ans, les mois et les années sont passés sans que je m'en aperçoive. Je n'ai pas connu de tristesse profonde, ni de vraies querelles familiales, et je n'ai pas subi les tiraillements pénibles de parents à problèmes. Je n'ai pas eu faim ni froid ni peur. Je n'ai vécu la solitude que lorsque je l'ai recherchée et j'ai toujours trouvé, quand j'en ai eu besoin, quelqu'un à qui parler. Mon père, aîné de huit enfants, avait des yeux bleu clair , des yeux bleus magnifiques . J'aurais bien aimé avoir quelques demi-frères ou s urs, en tout cas, je n'en aurais pas été contrariée, j'en suis certain. Toi aussi, mon enfant, tu m'as reproché de ne pas m'être mariée, de ne pas t'avoir donné de frère ou s ur, de ne pas faire ce que j'aurais Ce n'est pas un hasard, cette maman qui t'a mis au monde, élevé depuis dix-sept ans n'est pas ta mère Cette pratique est courante. Dans ces années quatre-vingt , ma grand-mère, précisément âgée de quatre-vingts ans, ne me le reprochait pas. À l'époque, on multipliait ces tentatives.
l'anniversaire de mes vingt -deux ans, les mois et les années sont passés sans que je m'en aperçoive. Je n'ai pas connu de tristesse profonde, ni de vraies querelles familiales, et je n'ai pas subi les tiraillements pénibles de parents à problèmes. Je n'ai pas eu faim ni froid ni peur. Je n'ai vécu la solitude que lorsque je l'ai recherchée et j'ai toujours trouvé, quand j'en ai eu besoin, quelqu'un à qui parler. Mon père, aîné de huit enfants, avait des yeux bleu clair , des yeux bleus magnifiques . J'aurais bien aimé avoir quelques demi-frères ou s urs, en tout cas, je n'en aurais pas été contrariée, j'en suis certain. Toi aussi, mon enfant, tu m'as reproché de ne pas m'être mariée, de ne pas t'avoir donné de frère ou s ur, de ne pas faire ce que j'aurais Ce n'est pas un hasard, cette maman qui t'a mis au monde, élevé depuis dix-sept ans n'est pas ta mère Cette pratique est courante. Dans ces années quatre-vingt , ma grand-mère, précisément âgée de quatre-vingts ans, ne me le reprochait pas. À l'époque, on multipliait ces tentatives.

Au vu de ce test on constate que si la correction n'est pas parfaite à 100%, le résultat est amplement satisfaisant. On remarque en outre que la vérification n'est pas simplement lexicale et grammaticale mais également syntaxique. Le module de traitement syntaxique d'une phrase fonctionne par comparaison, construisant le schéma syntaxique de la phrase qui débute par une majuscule initiale et se termine par un point final, d'exclamation ou d'interrogation en vérifiant la compatibilité des catégories syntaxiques des mots dans l'ordre dans lequel ils sont placés tout en s'assurant que cet ordre correspond à l'un des schémas syntaxiques connus. Ceci explique que me ne le reprochait pas soit aussitôt rectifié par ne me le reprochait pas . Il est toutefois bon de préciser qu'une mauvaise ponctuation perturbe grandement le fonctionnement du traitement syntaxique puisque le logiciel divise la phrase en plusieurs segments se basant pour ce faire sur la ponctuation, les prépositions et les subordonnants. Pour en revenir brièvement au traitement grammatical, le fait que la plupart des bases de données des logiciels susnommés sont constituées sur la base de la grammaire Le Bon Usage de Goosse-Grevisse, dont la réputation n'est plus à faire, est un gage de qualité.

Si les outils de correction informatique ont fait d'énormes progrès ces dernières années, il reste encore différents types d'erreurs qui sont pour l'instant encore irrésolus. Au premier rang de ces erreurs on trouve celles qui sont engendrées par l'homophonie . Si l'on soumet la phrase Le sportif sait cassé le bras à l'entraînement aux logiciels, ils conseillent de mettre cassé à l'infinitif, alors que le bon sens nous indique qu'il faut remplacer sait par s'est . Dans le cas de la phrase On navait beaucoup du plaisir quand même , la liaison entre On et avait qui est probablement à l'origine de l'erreur n'est pas décelée en tant que telle et les solutions proposées sont entre autres n'avait ou bavait . La base de référence ne décelant généralement pas les contiguïtés beaucoup du aura donc de grandes chances d'être ignorée.
Le second grand facteur d'erreurs est dû aux problèmes d'ordre textuel . Dans l'exemple suivant: J'ai voulu regarder des photos avec mes amis, mais je les ai oubliés chez moi l'accord du participe a de grandes chances d'être ignoré, le logiciel n'ayant pas la capacité d'identifier le référent du substitut les . Le troisième facteur d'erreurs quasiment insurmontable est dû à une ponctuation défaillante qui affolera le correcteur et lui fera proposer des corrections syntaxiques fantaisistes.

Si les correcteurs qui nous sont actuellement proposés sur le marché sont désormais très performants sur le plan de la vérification lexicale, grammaticale et syntaxique, ils ne sont pas encore arrivés au bout de leur développement et les recherches portent actuellement sur la vérification sémantique et stylistique. Le correcteur sémantique se chargeant de veiller à ce que les mots ne produisent pas de contradiction ou d'absurdité alors que le correcteur stylistique traitera la chaîne de caractères que forme la phrase pour repérer les répétitions, les phrases trop longues, les anglicismes, les pléonasmes, les mots vulgaires

Si, comme je le disais au début de cet article, j'ai choisi de traiter ce sujet en ces pages c'est à la demande de plusieurs collègues qui désiraient en faire une utilisation traditionnelle de type bureautique plus que pédagogique. Il s'agissait en fait de permettre au professeur de contrôler sa production personnelle. Cependant il serait dommage de négliger l'aspect pédagogique lorsque l'on sait que la société Software World a développé un produit spécialement conçu pour l'apprentissage de la grammaire française. En effet, Correcteur 101 didactique ne corrige pas automatiquement le texte à l'insu de l'élève, mais lorsqu'il détecte une erreur il lui propose une liste de graphies possibles et un dictionnaire pour en vérifier le sens. L'objectif étant de stimuler le jugement critique et la capacité d'analyse de l'apprenant. Le logiciel devient alors un véritable tuteur orthographique et grammatical qui analyse les phrases de l'élève, en souligne les erreurs, interroge l'élève puis lui suggère une solution accompagnée d'une explication grammaticale, tout en précisant bien qu'il ne s'agit que d'une suggestion et que l'élève a le loisir de l'accepter ou de la refuser et a même la possibilité de questionner son ordinateur. Pour ce faire, un dictionnaire de définitions, un dictionnaire phonétique, un module de conjugaison des verbes, un outil de recherche rapide des mots inconnus dans le texte, une grammaire hypertexte ainsi que des bulles d'explication sont mis à la disposition de l'apprenant. Ce logiciel est conçu pour pousser l'élève à une réflexion sur sa pratique d'écriture, sur l'orthographe et le sens des mots, ainsi que sur certaines règles d'accord et il lui permet d'acquérir des automatismes de correction et de consultation en cas de doute. Le correcteur orthographique devient un allié précieux pour l'élève dont la difficulté la plus grande n'est pas forcément de faire la correction de ses erreurs mais plutôt de les trouver. Il est bon de préciser que ce logiciel conçu avec l'appui du ministère de l'Éducation du Québec ne s'adresse pas qu'à un public essentiellement francophone puisqu'il dispose d'une interface et d'une documentation multilingue permettant également aux élèves de langue maternelle allemande et anglaise de se perfectionner dans la connaissance grammaticale du français.

Il serait cependant faux de croire que ce logiciel remplace le professeur dans l'enseignement de la grammaire française. Il s'agit d'un outil qui n'est pas fiable à 100% dont il convient de mettre en doute les propositions, un des rôles de l'enseignant étant de pousser l'élève à développer son esprit critique, afin d'éviter une utilisation aveugle du correcteur qui aurait pour incidence une augmentation des erreurs alors que le but recherché en est plutôt la diminution. Ainsi, le professeur peut, avec ses élèves, chercher à trouver une explication aux propositions erronées du correcteur: Pourquoi l'ordinateur dans la phrase Le soir chantent les rossignols propose-t-il de mettre le verbe à la 3ème personne du singulier chante ? Ce type de logiciels d'aide à l'apprentissage de l'écriture ne détecte pas encore les mauvaises stratégies de rédaction et de correction de l'élève, il ne suggère pas non plus des activités correctives d'apprentisssage. Cela relève de la compétence exclusive de l'enseignant à qui revient le choix des ressources didactiques à mettre en uvre pour un apprentissage efficace.

fsu 1/2000


 © 2001, 2002, 2003 Linguapolis, Francopolis.  All rights reserved.

Les Cinedays sur Francopolis-Films.          Concept Web: CREDOL
HUMBOLDT
Après avoir été ambassadrice de l'Année Européenne du Dialogue Interculturel 2008, Linguapolis est partenaire officiel de l'Année Européene de la Créativité et de l'Innovation 2009
et de l'année internationale des langues 2008






Linguapolis s'associe à l'UNESCO et son programme de décennie des Nations-Unies pour l'éducation en vue du développement durable. Consultez nos dossiers

En attendant les documents de notre conférence à l'université des enfants 2008 de la HU-Berlin, lisez 'Le langage de la bande dessinée' à la une du magazine FplusD !